Lors d’un précédent article consacré au choix d’un LMS nous avions exclu de notre étude les LMS open source en promettant de revenir sur le sujet.

Comme chaque année les salons Learning Technologies et  Elearning Expo qui se sont succédés ces deux derniers mois ont permis de rencontrer une partie des acteurs  concernés et nous vous proposons aujourd’hui de dresser un panorama des forces en présence. Le tableau ci-dessus a été réalisé sur la base du guide « LMS choisir sa plateforme » édité par la FFFOD et des informations trouvées sur les sites internet de ces solutions.

Les Learning Management System Open Source

Quand on parle de LMS (Learning Management System) Open source, il faut d’abord rappeler que les logiciels open source sont des programmes informatiques dont le code source est distribué sous une licence permettant à quiconque de le lire, le modifier ou le redistribuer. Les fonctionnalités et les nouvelles versions sont développées de manière collaborative : plusieurs développeurs, répartis partout dans le monde, participent à la création, l’amélioration et l’évolution du programme, en suivant des règles et un processus d’approbation défini. Un LMS Opensource dépendra donc de sa communauté de développeurs qui sera d’autant plus grande que le LMS est utilisé par un grand nombre d’entreprises, d’universités ou d’institutions.

Les LMS open source ont d’abord séduit les universités. Celles-ci disposent d’équipe informatiques qui peuvent personnalisés ensuite les fonctionnalités et le look de l’interface.

Mais ces institutions ont des besoins moins sophistiqués que les entreprises. Longtemps ces LMS n’ont servi que de plateforme de dépôts des cours des enseignants au format powerpoint et les autres fonctionnalités (évaluations, forum, statistiques sur les apprenants) étaient rarement utilisées.

Avec le succès de Facebook, les étudiants ont préféré faire circuler les cours et interagir avec les enseignants via les réseaux sociaux. L’arrivée des Massive Open Online Course (MOOC) au début de la décennie a changé les choses.

D’abord avec l’arrivée d’un nouvel acteur Open Edx fondé par les prestigieuses Université de Harvard et du MIT (Massachusetts Insitute of technology), qui avec un budget de plus de 60 millions de dollars a développé un LMS nouvelle génération qui a su séduire de nombreuses institutions dans le monde dont France Université Numérique qui compte plus de 1, 5 millions d’inscrits et a déjà distribué plus de 400 MOOC.

Conscient des bouleversements qu’allait entraîner les MOOC dans leur pédagogie les institutions universitaires se mirent à en demander plus aux  plateformes open source qu’elles utilisaient  jusque-là (Moodle, Claroline)

Côté formation continue, la révolution MOOC a régénéré l’e-learning pour déboucher sur le Digital Learning . Certaines entreprises  voulant se lancer à moindre coût et sans dépendre des solutions propriétaires, se sont alors naturellement tournées vers les LMS open source.  

Si l’open source séduit côté budget, il nécessite aussi des compétences informatiques pour pouvoir installer, paramétrer et personnaliser la solution. Aussi des consultants et sociétés sont apparus proposant cette prestation. D’autres acteurs du marché proposent aussi sur la base des LMS open source des plateformes clés en main facilement personnalisables. Nous citerons certains d’entre eux dans le descriptif des solutions ci-dessous.

MOODLE

D’abord créé en 1999 au sein de l’université australienne de Curtin, Moodle a été lancé comme LMS open source en 2002.Son développement est actuellement coordonné par Moodle HQ, une entreprise australienne de 50 développeurs financée par un réseau de 84 Partenaires partout dans le monde. Moodle est aujourd’hui le LMS Open source qui bénéficie de la plus grande communauté de développeurs avec à la clé plus de 1536 modules qui permettent de personnaliser la solution.

La dernière version  (3.6) a été lancée le 28 février dernier elle permet des tableaux de bords plus intuitifs et gérer les data (RGPD).

Une version Moodle for business plus spécifiques au besoin des entreprises devrait voir le jour prochainement.

Partenaires Moodle

 Solution clé en main sur base Moodle

OPEN EDX

EdX a été fondée en mai 2012 par le Massachusetts Institute of Technology et l’université d’Harvard5 pour concurrencer Coursera sur le marché des MOOC. La solution  Open edX a volontairement été développée en open source afin que les institutions universitaires du monde entier puissent facilement et à moindre coût l’utiliser. La neuvième version d’Open edx, baptisée Ironwood  a été lancée le 22 mars 2019

Partenaire Open edX

Solution clé en main sur base Open edX

CANVAS

Lancé en 2011 par la société Instructure Canvas basée à Salt Lake city , la solution open source est utilisée par plus de 3 000 écoles,  université , institutions essentiellement en Amérique du Nord. En France Canvas est utilisé par Unow  

CHAMILO

Le projet Chamilo fut lancé en 2010 par une partie de la communauté des développeurs du logiciel Dokeos et les origines du code remontent à l’an 2000, avec le lancement du projet Claroline. Chamilo connaît un développement rapide notamment en amérique du sud.

Partenaire Chamilo

BeezNest

CLAROLINE

Crée en 2001 en Belgique , Claroline a été avec Moodle un des pionniers des LMS Open source et a connu rapidement le succès dans le monde francophone. Elle est aujourd’hui  traduite en 35 langues et utilisée dans plus de 5 000 institutions à travers plus de 100 pays dans le monde. La 12 ème version du LMS Claroline Connect a été lancée en 2018.

Ce panorama des LMS open source est centré sur les solutions issues du monde universitaire. Aussi nous consacrerons prochainement un article à Totara, un LMS crée lui dès l’origine pour les besoins des entreprises. 


Problématique 

Quand on s’occupe de formation à un niveau « Corporate », l’on est souvent confronté à l’OBLIGATION de concevoir des dispositifs de formation applicables à tous les pays/entités – on retrouve ces dispositifs classifiés sous la rubrique « compliance » ou « réglementaire ». Ce sont souvent des dispositifs qui ne provoquent pas l’enthousiasme du public cible.

Le processus classique est un processus souvent très lourd et pas toujours efficient. Par exemple, classiquement l’on pourrait avoir

  1. Etude des besoins
  2. Elaboration d’un cahier des charges
  3. Lancement d’un appel d’offres
  4. Analyse des réponses et sélection des prestataires
  5. Conception et réalisation des supports (avec des sous-processus de validation intermédiaire)
  6. Expérimentation du dispositif sur un échantillon représentatif du public cible
  7. Ajustements post expérimentation – modification des supports dans la langue source
  8. Localisation des supports dans l’ensemble des langues cibles
  9. Déploiement du dispositif
  10. Evaluation à chaud et à froid – processus, moyens et résultats – (satisfaction, acquis, mise en œuvre et performance)

TOUT CELA PREND DU TEMPS AVEC UN RISQUE FORT D’OBSOLESCENCE DU CONTENU DU DISPOSITIF AVANT LA FIN DE SON DEPLOIEMENT

Qu’est-ce que les Learning Battle Cards ™

Ingénierie pédagogique : les Learning Battle Cards
Utilisation des Learning Battle Cards en brainstorming pédagogique

En deux mots : créés en 2011 par trois professionnels de la formation polonais, les Learning Battle Cards™ ou LBC proposent deux outils principaux :

Tout d’abord une structure de type Cavas qui permet de présenter le contexte du projets et les caractéristiques clés (objectifs, public cible, besoins, …) et de structurer le processus d’apprentissage, du point de vue de l’apprenant au travers de ce que les concepteurs appellent les « 7 fenêtres du design ».


Au moment de choisir un LMS (Learning Management System) difficile de s’y retrouver parmi les dizaines de solutions proposées par le marché.

 On peut néanmoins structurer celui-ci en 4 catégories suivant les besoins de l’entreprises :

  • Les solutions propriétaires leaders qui offrent des réponses complètes et personnalisables,
  • Les solutions propriétaires standard qui couvrent les besoins basiques,
  • Les solutions open sources, ouvertes et gratuites mais qui nécessitent d’avoir en interne des compétences informatiques pour pouvoir les déployer et les personnaliser,
  • Les solutions MOOC (Massive Open Online Course) nées de la révolution numérique dans l’enseignement supérieur qui permettent de gérer un grand nombre d’apprenants mais avec des fonctionnalités encore limitées.

Les solutions MOOC (Edx, Canvas) et une majorité de solutions open source (Moodle, Claroline) sont issues du monde l’enseignement. Bien qu’ayant de nombreux atouts, elles ne sont pas toujours adaptées aux exigences du monde de l’entreprises, et nous les étudierons lors d’un prochain article.

  • Les solutions propriétaires leaders

Si votre objectif est de former plusieurs milliers de salariés en intégrant différents parcours et avec des contraintes particulières (déclinaisons linguistiques, parcours très personnalisés), vous trouverez sans doute la réponse à votre besoin parmi les LMS propriétaires leaders du marché. Leurs clients sont principalement des grands groupes et des multinationales. Pour faire une comparaison facile avec le monde du textile, ces plateformes proposent du « sur mesure » avec de nombreuses possibilités d’adaptation et de personnalisation, alors que les solutions standard sont plutôt dans le « prêt à porter » avec moins de fonctionnalités mais à des prix beaucoup plus abordables.

Les tarifs de ces solutions comprennent des coûts fixes, généralement une license et des frais de démarrage couvrant la personnalisation et la formation à la plateforme, et des coûts variables qui pourront s’étager de 10 à 25 € par utilisateurs suivant la volumétrie ou les fonctionnalités activées. L’échange avec leurs commerciaux vous fera comprendre qu’à moins d’un budget d’au moins 20 000 € à investir vous ne les intéressez pas vraiment, et ils n’hésiteront pas vous renvoyer vers les solutions standard.

Depuis maintenant 4 ans le FFFOD, le forum des acteurs de la formation digitale, publie chaque année son guide «LMS et MOOC  Comment choir sa plateforme » qui croise un questionnaire de 220 questions envoyées aux éditeurs pour attribuer à chaque plateforme une note de 1 à 5 sur les critères suivants :

  • Pédagogie
  • Design et ergonomie
  • Technique
  • Suivi et Reporting
  • Déploiement
  • Services

Sur la base de ce guide, nous avons réalisé l’infographie ci-dessous qui rassemble les résultats obtenus pour les plateformes LMS propriétaires leaders déclarant plus de 2 millions d’utilisateurs

Infographie sur les Learning Management System
Infographie TOP 5 des LMS propriétaires

Les solutions LMS standard

Si vous êtes une entreprise ou un organisme qui souhaitait mettre en place une formation à distance avec quelques dizaines ou centaines d’apprenants, vous aurez sans doute intérêt à vous tourner vers des solutions standard, qui vous permettront de faire vos premiers pas en digital learning sans trop de risques et pour des coûts raisonnables.

Les solutions dont nous allons parler vous permettront de couvrir l’essentiel des besoins classiques en matière de formation à distance.

Notre sélection comporte 3 LMS développés par des start-up (360 learning, Rise-up, Tactiléo) et 2 par des éditeurs informatiques qui ont su faire évoluer leurs logiciels d’e-learning vers des solutions Digital Learning.

Les start-up ont conçu leur LMS en s’attachant à offrir à l’apprenant la meilleure expérience possible en s’appuyant sur celles des géants du digital.  On retrouvera ainsi chez eux des ergonomies et des fonctionnalités directement inspirées des leaders des réseaux sociaux (Facebook) et du webanalytic (Google Analytics).

Les éditeurs de logiciel, quant à eux ont développé leurs solutions sur la base des contraintes métier du e-learning. Elles sont donc très complètes côté backoffice, mais avec des interfaces pour les apprenants moins attractives et intuitives que celles conçues par les start-up.

Lancée en 2009, la société propose une plateforme LMS faisant la part belle aux fonctionnalités collaboratives. L’interface pour le formateur est très facile à prendre main et les tarifs ont le mérite de la clarté avec un premier prix à 8 € par utilisateur et par mois, sans engagement de durée et qui baisse fortement quand on dépasse les 500 utilisateurs.

Lancé en 2014 sous le nom d’UpGraduate, la société adopte le nom de Rise UP fin 2017. Elle propose un LMS gratuit Rise Up Go qui permet de créer des formations et ainsi de tester l’outil, l’objectif étant ensuite de vous faire passer à la version payante Rise Up Surf qui vous permettra de personnaliser la plateforme à vos couleurs avec autant d’interfaces possibles que de formations.

Conçue par la start-up auvergnate Maskott, Tactiléo a remporté en 2016 un appel d’offres de l’éducation nationale pour fournir une plateforme utilisable par les 100 000 enseignants et 2,5 millions d’élèves des collèges. Outre son interface très ludique, la start-up innove avec l’adaptive learning en injectant de l’intelligence artificielle pour proposer le meilleur parcours aux apprenants. Depuis son lancement la start-up séduit aussi les entreprises et propose une offre d’accompagnement du projet.

La plateforme éditée par la société Logipro fait partie de la suite logicielle Tree learning qui comprend aussi un outil de création des ressources pédagogiques (Créa Learning) et un outil de gestion de l’activité formation (System Learning). Un des points forts  d’Agora Learning est de permettre de gérer aussi le blended  learning avec la gestion des formations présentielles. 

  • Netopen

La société créée en 2000 commercialise 2 solution LMS : Open LMS et Docebo LMS

Open LMS une solution développée en interne avec un tarif de 99 € HT par mois pour un abonnement jusqu’à 30 utilisateurs et sans engament de durée. Des tarifs dégressifs se déclenchent pour des paliers de 50, 100, 250, 500 et 1000 utilisateurs. Ce LMS répond à l’essentiel des besoins d’une formation distancielle et peut être personnalisé et mise en place très rapidement.

 le LMS conçu et développé par Docebo, déjà vendu dans 80 pays avec des fonctionnalités plus étendue qu’Open LMS  pour un tarif de 390 $ par mois pour 100 utilisateurs.

Alors pour le choix de votre prochain SMS opterez-vous pour du sur-mesure ou une solution standard ? Pour compléter cet article nous vous recommandons aussi de visiter les deux plus gros salons professionnels où la plupart des solutions du marché exposent. L’occasion en un seul lieu d’assister à leurs démonstrations et de les comparer.

Premier dans le calendrier, le Learning tech ( ex ilearning forum) qui abandonnera en 2019 la Porte de Champerret pour s’installer les  30 et 31 janvier prochains  Porte de Versailles avec de nouvelles ambitions. Un peu moins de 2 mois plus tard, le E-learning expo lui succédera les 19, 20 et 21 mars 2019, dans le même hall 4 que les salons Performance RH et  Performance et Talents.